By ppi2019

PPI-RDC documente 13 cas des violations des droits des DDH et des Journalistes en Juillet 2019

Au cours du mois de juillet 2019, la partie Est de la République Démocratique du Congo s’est distinguée dans la violation des droits des droits des défenseurs des droits humains (DDH) et des journalistes. Dans son feuillet mensuel de monitoring, l’ONGDH Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI), organisation de droit congolais à mandat régional oeuvrant pour la promotion de la paix et la protection des défenseurs des droits humains, a documenté « Treize (13) nouveaux cas des violations des droits des défenseurs des droits humains et des journalistes », contre 10 cas en juin 2019. Ainsi, dans la province du Nord-Kivu, dix (10) cas d’arrestation et détention arbitraire contre les militantes pro-démocraties ont été enregistrés alors qu’ils manifestaient pour dénoncer la perception de la taxe sur passager1 par les agents de la direction générale de migration (DGM) au port de Goma, les tracasseries des policiers de roulage (PCR) et l’insécurité à Rutshuru. Au Sud-Kivu, deux (2) journalistes dont un de Radio Maendeleo à Bukavu et un correspondant d’Africa news ont été respectivement attaqués à domicile et sur le chemin de reportage. Actuellement, ces deux journalistes ainsi que leurs familles vivent certains en clandestinité et d’autres dans une famille d’accueil en dehors de leur milieu habituel, craignant pour leur vie au regard des menaces persistantes à leur endroit. Enfin, toujours au Sud-Kivu, un (1) acteur de la société civile et président du noyau du bureau de coordination de cette structure citoyenne en commune d’Ibanda dans la ville de Bukavu a été victime d’une attaque nocturne à son domicile.

Télécharger tout le rapport en cliquant sur le lien ci-dessous:

Feuillet n°009_PPI_DDH_J_Monitoring des violations des droits des DDH et des Journalistes en RDC_Juillet 2019. (1)

By ppi2019

RDC: Gréve des magistrats, PPI plaide pour l’amélioration de leurs conditions de vie

Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI), ONGDH de droit congolais à mandat régional œuvrant pour la promotion de la paix et la protection des défenseurs des droits humains rappelle avoir alerté sur les conditions de travail des magistrats congolais, il y a de cela plusieurs mois.
Le mouvement de grève déclenché par les magistrats depuis le mardi 30 juillet 2019 et qui se poursuit dans la plupart des juridictions n’est qu’une conséquence du manque de prévention. Au palais de justice de Bukavu au sud-kivu, même le personnel administratif et agents sont en train en grève à partir de ce mercredi 31 juillet 2019.
Nous déplorons cette situation, au regard de ses conséquences incommensurables sur la vie des justiciables, et surtout les personnes en détention. Pour une justice “juste”, il est grand temps que le social des magistrats soit classé parmi les priorités en RDC.
By ppi2019

RDC: PPI documente 10 cas des violations des droits des DDH et des journalistes au courant du mois de Juin 2019

Mois marquant la célébration du cinquante neuvième anniversaire d’accession de la République Démocratique du
Congo (RDC) à l’indépendance, juin 2019 n’a pas été aussi favorable au travail des défenseurs des droits humains
et des journalistes en RDC. Au cours de ce mois, trois provinces se sont distinguées dans la violation des droits de
ceux qui défendent les droits des autres au risque de leur vie. Dans son feuillet mensuel de monitoring, Partenariat
pour la Protection Intégrée (PPI), organisation de droit congolais à mandat régional œuvrant pour la promotion de la
paix et la protection des défenseurs des droits humains, a documenté « Dix (10) nouveaux cas des violations des
droits des défenseurs des droits humains et des journalistes », soit un cas de moins par rapport au mois de mai
où 11 cas de violations ont été commis. Tout en encourageant cette petite amélioration, PPI condamne néanmoins
ces nouvelles violations qui ne constituent pas un chiffre « zéro cas » toujours souhaité. Ainsi, dans la ville province
de Kinshasa un (1) journaliste d’une chaîne de radiotélévision appartenant à un opposant a été arrêté et tabassé et
sa station (1) fermée et un (1) DDH menacé de mort. Au Sud-Kivu, une (1) radio démonte son matériel et ferme ses
portes au regard des menaces subies de la part des groupes armés, un (1) DDH est arrêté et un (1) autre menacé.
Enfin au Nord-Kivu, trois (3) militants de la Lucha arrêtés par la police à Beni et un (1) cas d’intimidation avec arme
par un commandant de la police sur d’autres militants de la Lucha a été noté dans la ville de Butembo lors d’un sit-in.

Télécharger le feuillet mensuel en cliquant sur le lien en dessous:

Feuillet n°008_PPI_DDH_J_06_2019 du 1er au 30 juin 2019 portant Monitoring des violations des droits des défenseurs des droits humains et des journalistes en République Démocratique du Congo.

By ppi2019

Situation de la société civile en 2018 (CIVICUS)

Le rapport annuel sur l’état de la société civile analyse l’impact des événements et des tendances contemporains sur la société civile et la manière dont la société civile répond aux principaux problèmes et défis du moment. Il s’agit de la huitième édition de notre rapport, qui porte sur les actions et les tendances en 2018. Ce rapport écrit par et pour la société civile, est basé sur plus de 50 interviews et articles de militants, leaders et experts de la société civile, ainsi que sur le programme continu de recherche, d’analyse et de plaidoyer de CIVICUS. En particulier, il présente les résultats du Monitor CIVICUS, notre plateforme en ligne de suivi des conditions de la société civile dans 196 pays.

Le rapport couvre quatre domaines clés dans lesquels la société civile a été particulièrement active en 2018 :

Suivre la video en cliquant ICI

Télécharger le document ICI

By ppi2019

RDC: 20 DDH et journalistes formés à Kinshasa par PPI

La clôture de l’atelier de renforcement des capacités des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes de Kinshasa organisé par l’ONGDH PPI durant trois jours au Centre Carter est intervenue ce mercredi 10 juillet 2019.
Les DDH et journalistes libres de persécutions et formés pour bien réaliser leur travail sont une force pour le Congo. Les DDH et les journalistes doivent  également collaborer plus avec l’État et les autorités tant étatiques que des services de l’ordre doivent comprendre qu’ils ne sont pas leurs ennemis. Elles doivent les sécuriser d’avantage !
By ppi2019

SUD-KIVU: Sécurité pour Etienne Mulindwa (Communiqué)

Communiqué de presse No 23/PPI/DDH-J/07/2019 portant SOS Sécurité pour le journaliste Étienne Mulindwa et sa famille.

Partenariat pour la Protection intégrée, PPI, ONGDH de droit congolais à mandat régional œuvrant pour la promotion de la paix et la  protection des défenseurs des droits humains et des journalistes, lance un SOS pour la sécurisation de monsieur Etienne Mulindwa, journaliste à Radio Maendeleo émettant depuis Bukavu à l’Est de la République Démocratique du Congo. En effet, c’est avec grand regret et indignation que PPI a appris qu’au petit matin du mardi 09 juillet 2019 des gens présumés bandits ont fait incursion dans sa maison et ont emporté son ordinateur. De part l’intervention des jeunes du quartier, ils ont mis la main sur deux de ces assaillants. Voulant se rendre justice, Étienne a fait appel à la POLICE, qui n’est pas arrivée malheureusement!

C’est ainsi qu’il s’est interposé pour éviter le pire de la justice populaire qui serait commis par ces jeunes.  Après plusieurs heures d’échange, les jeunes en colère ont été finalement persuadés d’emmener ces présumés bandits à la police. Curieusement et contre toute attente, depuis le soir du même mardi, certains jeunes non autrement identifiés,  accompagnés de certains éléments identifiés comme des  policiers ont assiégé la résidence d’Etienne lui promettant la mort, sans plus de détails sur le mobile de leur démarche. Des informations recueillies par PPI renseignements que le journaliste Etienne et ses trois petits frères seraient présentement en clandestinité, craignant pour leur vie, et surtout n’arrivant pas à connaître les vrais auteurs et le nœud des menaces et attaques qu’ils traversent. Il est également à signaler que l’un de ces trois petits frères est introuvable  depuis le jour de l’attaque de leur domicile.

Il sied de noter que Etienne est l’un des journalistes présentateurs des “émissions de proximité” à Radio Maendeleo, avec un focus sur le vécu quotidien des habitants dans la cité, les bons et les mauvais côtés des choses telles que vécues par la population, ainsi que de la gestion des autorités et éléments de l’ordre.

Au regard de la complexité de cette situation, PPI demande aux autorités compétentes d’assurer la sécurité au journaliste Étienne Mulindwa et sa famille pour prévenir le pire.

Enfin, PPI demande qu’une enquête soit diligentée rapidement afin que les auteurs des menaces et attaques du domicile du journaliste Étienne soient identifiés et punis conformément à la loi.

Fait à Kinshasa, le 10 juillet 2019

Pour PPI

 

Maître Pascal MUPENDA,

Directeur des Programmes RDC

By Webstar

RDC : Militants de la LUCHA réprimés à Goma, l’ONG PPI alerte !

Communiqué de presse nº 020/PPI-RDC/DDH-J/2019 du 10/05/2019 relatif à la répression des manifestations des mouvements citoyens à Goma dans la province du Nord-Kivu en RDC.

L’ONGDH Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI) condamne avec la dernière énergie la pérennisation des répressions contre les manifestations publiques en République Démocratique du Congo.

Encore une fois, une dizaine des militants des mouvements pro-démocratie parmi lesquels ceux de la Lucha viennent d’être sévèrement réprimés dans la ville de Goma, en province du Nord Kivu ce 10/05/2019, au moment où ils manifestaient au bureau de la société de télécommunication “airtel” contre la cherté de ses services et sa mauvaise qualité. Parmi les militants gravement blessés et admis dans des formations médicales PPI note :
A. Hopital général de Goma:
1. Queen Mwanze
2. Irène Mwinja
3. Agapée

B. Hopital Heal Africa:
1. Rebecca Kabuo
2. Georges Museveni
3. Eliezer Ushindi
4. Trésor Bashali
5. Bienvenu Matumo
6. King Mwamisyo
7. Josué Mutanava.

8. Gloire Mumbere Magazine

A ces violations s’ajoute 15 médias qui venaient d’être fermés à Kananga le 08/05/2019 par le gouverneur Kabuya, sans motif valable.

lire aussi:   RDC: AVRIL 2019, L’ONG PPI DOCUMENTE 139 CAS DES VIOLATIONS DES DROITS DES DDH ET DES JOURNALISTES

Au vu de la montée en puissance des violences contre les manifestants et autres violations graves contre les DDH et les journalistes, l’ONGDH PPI exhorte une fois de plus aux nouvelles autorités congolaises de faire de “l’ouverture de l’espace civique” leur cheval de bataille, connaissant elles-mêmes pour la plupart la dangerosité de tels actes, surtout pour celles qui proviennent de l’opposition ou de la société civile et ayant des mémoires fraîches de la situation d’environ deux décennies passées. En plus, PPI demande aux responsables judiciaires d’être actifs actifs afin d’amorcer des enquêtes et punir les auteurs des actes des violations des droits de l’homme conformément à la loi.

Pour rappel, PPI a documenté 139 nouveaux cas des violations des droits des DDH et de journalistes au mois d’avril 2019 contre 13 cas au mois de Mars 2019.

Pour une bonne image de la RDC tant à l’interne qu’à l’extérieur, telles publications de dénonciation au quotidien dont les organisations sont malheureusement obligées de continuer à faire n’honorent pas, raison pour laquelle l’ONGDH PPI plaide pour le changement dans la protection des DDH et promotion des droits humains en général en République Démocratique du Congo.

Fait à Bukavu, le 10/05/2019
Pour PPI,

Maître Pascal MUPENDA,
Directeur des Programmes RDC.

By Webstar

RDC: Avril 2019, l’ONG PPI documente 139 cas des violations des droits des DDH et des journalistes

Au moment où le monde entier s’apprête à célébrer la journée internationale de la presse le 03 Mai 2019, beaucoup des violations des droits de journalistes ont été enregistrées en République Démocratique du Congo (RDC) au cours du mois d’Avril 2019. Au cours de ce mois, Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI), organisation du droit congolais à mandat régional œuvrant pour la promotion de la paix et la protection des défenseurs des droits humains, a documenté « Cent trente neuf (139) nouveaux cas des violations des droits des défenseurs des droits humains et des journalistes en RDC », un chiffre largement supérieur à celui de mars 2019, où 13 cas ont été rapportés. Dans le secteur des médias, « Nonante quatre (94) cas des violences contre les journalistes et entreprises de presse » ont été documentés en Avril.

Lire tout le rapport: Feuillet n°006_PPI_DDH_J_Monitoring des violations des droits des DDH et des Journalistes en RDC_Avril 2019

By Webstar

RDC : Avril 2019, l’ONG PPI documente 139  cas de violations des droits des DDH et des journalistes

Au moment où le monde entier s’apprête à célébrer la journée internationale de la presse le 03 Mai 2019, beaucoup des violations des droits de journalistes ont été enregistrées en République Démocratique du Congo (RDC) au cours du mois d’Avril 2019. Au cours de ce mois, Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI), organisation du droit congolais à mandat régional œuvrant pour la promotion de la paix et la protection des défenseurs des droits humains, a documenté « Cent trente neuf (139) nouveaux cas des violations des droits des défenseurs des droits humains et des journalistes en RDC », un chiffre largement supérieur à celui de mars 2019, où 13 cas ont été rapportés. Dans le secteur des médias, « Nonante quatre (94) cas des violences contre les journalistes et entreprises de presse » ont été documentés en Avril.

Lire tout le rapport:  Feuillet n°006_PPI_DDH_J_Monitoring des violations des droits des DDH et des Journalistes en RDC_Avril 2019

By Webstar

RDC: Des DDH torturés par les militaires de la garde républicaine à Mbobero

L’ong de défense de droits humains,  Partenariat pour la Protection Intégrée, PPI dénonce  les tortures subies  par les défenseurs des droits humains à Mbobero, Territoire de Kabare dans la province du Sud-Kivu en RDC.

Plus des détails dans le communiqué ci-dessous:

Communiqué de presse PPI sur le feuilleton Mbobero : Mardi 30/02019, des tortures contre les DDH et tires à bout portant sur les victimes des Mbobero.

Une personne atteinte par une balle au bras, quatre torturées dont 3 défenseurs des droits humains (DDH) et plusieurs blessées, résultat de la répression sanglante des militaires de la garde républicaine le mardi 30/04/2019 contre les vraies victimes des démolitions de leurs maisons à Mbobero. Les personnes et DDH torturés sont entre autres Madame Pascasie Bashige (victime), Maître Germain Masenge (vice président provincial NDSCI), Patient Mwirhonzi (rapporteur provincial NDSCI) et André Bampa (membre NDSCI), alors qu’ils allaient répondre au rendez-vous de Madame Olive Lembe, épouse de l’ancien Président congolais Joseph Kabila.

En plus, Monsieur Cito, communément appelé Shaba II a reçu quant à lui des balles dans le bras et est actuellement admis dans une formation médicale. L’ONGDH Partenariat pour la protection Intégrée (PPI) condamne avec la dernière énergie cette barbarie de plus des éléments de l’ordre contre les défenseurs des droits humains qui accompagnent les victimes de Mbobero, en territoire de Kabare dans la province du Sud Kivu. Au vu de la cacophonie qui règne présentement dans le dossier foncier de Mbobero, PPI exhorte au président honoraire Joseph Kabila de rencontrer les vraies victimes et mandataires de Mbobero avec qui il se dispute la terre depuis trois ans afin de chercher une solution durable et non partisane, au détriment des vraies victimes qui n’ont que trop souffert.

Des photos:

Fait à Bukavu, le 01/05/2019.

Pour PPI,

Jonathan Magoma,

Protection Officer.